Dans les moments douloureux, la place de la famille...

Publié le par Maman@home, blog de maman

Dans les moments douloureux, la place de la famille...

Depuis 15 jours nous vivons un drame familiale, il se trouve que le papa de Petit Chou est à l'hopital, entre la vie et la mort, comme on dit, après avoir fait un arrêt cardiaque. Les nouvelles, rares, ne sont jamais bonnes, il faut attendre. Attendre les résultats de tests sans fin, attendre les médecins chaque soir au moment des visites, attendre de savoir si mon fils peut voir son père, s'il sera possible de lui donner des calmants pour qu'il le voit endormi. Attendre, attendre, toujours attendre.

Cette attente au bout du compte est devenue insupportable, nous sommes comme suspendus à un fil, à son fil de vie en quelque sorte. Va-t-il se réveiller, va-t-il revenir à la vie et surtout dans quel état ? On nous a clairement dit que s'il survivait ce ne serait de toute façon pas le même homme. Les séquelles je ne les ai abordées que très récemment avec mon fils, avant nous attendions simplement un réveil.

Il a pu aller voir son papa 3 fois le week-end dernier, il  a d'abord eu tellement de mal à entrer dans la pièce, puis s'approcher de lui, petit pas par petit pas, il a fini par réussir à lui donner des nouvelles en se tenant là droit comme un piquet à côté de lui "papa j'ai eu un 10/10 en maths et un 19 en anglais, j'ai coupé mes cheveux, papa je t'encourage..." comme s'il récitait une poésie, puis a pu enfin s'approcher pour l'embrasser sur le front.

J'ai tellement mal de voir mon petit bonhomme comme ça, tellement mal, tout bat à 100 à l'heure à l'intérieur de moi, tout bouillonne, j'ai si peur de devoir lui annoncer la terrible nouvelle. Comment annoncer cela à son enfant. Impensable. Et pourtant cela fait 15 jours que nous le tenons informé, du mieux que nous pouvons, avec des mots appropriés, sans jamais mentir.

Petit Loulou a bien senti que quelque chose n'allait pas, avant même que nous verbalisions "la papa de ton frère est à l'hopital et est très malade". Lui qui n'est pas d'un naturel très câlin est souvent scoché à nous, ses parents, depuis ces longs et interminables jours, il appelle son papa la nuit assez souvent aussi, pour s'assurer qu'il n'ets pas loin et est très aimable avec son frère, le serre fort, lui sourit de toutes ses dents.

Depuis quinze jours nous sommes plus que jamais un clan, nous nous serrons les coudes tous les 4 et puis il y a le reste de la famille, mes parents, ma soeur et son ami qui sont là quand nous devons aller à l'hopital, sans parler de notre voisine si précieuse et tous nos amis. La famille est là et c'est un soulagement intense pendant cette période de cauchemar.

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

chocoladdict 11/12/2013 12:03

toutes mes pensées pour toi et du courage

Morgane K. 10/12/2013 12:57

ça me fend le coeur pour ton fils qui perd son papa (quelle que soit l'issue), pour toi qui voit disparaître l'homme que tu as sûrement beaucoup aimé, pour toute ta famille qui vit des moments hors du temps.
Je pense bien fort à vous tous !

Freddouille 09/12/2013 22:58

Bouleversant. On pense très fort à vous.

Nahe 09/12/2013 13:24

Quelle nouvelle... Bon courage à tous !

Laure 09/12/2013 12:09

Chère, chère Sandrine, je suis absolument navrée. Je vous souhaite beaucoup de courage et je pense à vous. Je ne sais pas quoi te dire...