On ne se rend pas compte de la chance qu'on a ...

Publié le par Maman@home, blog de maman

On ne se rend pas compte de la chance qu'on a ...

Quand on vit des moments heureux, que tout se passe bien dans notre couple, dans notre famille, entre amis même on se dit que c'est normal ou plutôt non on ne se dit rien, parce que C'EST NORMAL. Du moins c'est ce qu'on pense.

Et puis le jour où ces moments disparaissent, petit à petit ou brutalement on se demande pourquoi, on se dit que c'est injuste, qu'on n'a pas mérité ça, on se retourne sur notre vie et ce n'est qu'à ce moment qu'on s'aperçoit de la chance qu'on a eu et peut être qu'en même temps on se rend compte qu'on n'en a pas profité comme il aurait fallu, qu'on n'a pas fait ce qu'il fallait non plus.

Oui parce que c'est une de chance de vivre des moments heureux; souvent, et même juste un petit peu. Ce n'est pas donné à tout le monde. Je crois qu'il faut vraiment se rendre compte un peu tous les jours du bonheur qu'on vit, du plaisir qu'on a de partager des moments précieux avec nos proches. Certains se font plaquer du jour au lendemain, d'autres apprennent la maladie grave d'un enfant ou la mort subite d'un ami proche.

Personne n'y échappe même si certains semblent plus touchés par le malheur que d'autres. La vie est injuste, c'est comme ça. On ne peut se retourner contre personne pour hurler à l'injustice dans ces cas là.

Mais parfois on peut éviter certains malheurs en prenant soin des êtres qu'on aime, en les écoutant, les soutenant, en les mettant en garde contre les dangers de la vie, certaines vilaines et fatales tentations, c'est là qu'il faut être à l'écoute et présent. C'est là qu'il faut veiller, être attentionné. La vie va si vite, le travail nous emporte, les soucis, les emmerdes, le quotidien toutes ces choses font qu'on en arrive à ne plus voir l'autre, les autres et c'est là que tout peut basculer...

Il faudrait une vigilance de chaque instant, pouvoir prendre le temps de se demander "est ce que j'agis bien, est ce que je l'aime comme il/elle le mérite?" pour garder précieusement tous ces moments de la vie qui peuvent se révéler être  de vraies pépites de la vie mais pas facile d'être toujours là, à la hauteur, pas facile du tout ...

On se rend finalement  et malheureusement souvent compte de la chance qu'on avait, du bonheur qui était le notre une fois qu'on ne l'a plu ... une fois que c'est trop tard... C'est effrayant et ça fait froid dans le dos quand on y pense non ? L'idée je crois est de voir le verre à moitié plein, de s'inscrire dans une dynamique positive, de sourire le plus possible pour rien, pour soi et les autres, ça aide à se sentir vivant et pas trop mal dans ses pompes, enfin il me semble...

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Nelly 06/02/2014 18:31

Mon homme a peur du bonheur... il dit que lorsque tt se passe bien dans sa vie, un malheur survient d'un seul coup, sans prévenir !! Est-ce pour ça qu'il est tjrs en quête d'un mieux, tjrs faire des efforts pour obtenir ou être encore mieux dans sa vie ; en agissant comme ça je trouve qu'on est tjrs insatisfait, et que finalement on n'est pas content de ce qu'on a... pourquoi n'avoir que le minimum si on peut avoir plus répond mon mari !!

alice 06/02/2014 16:11

oui tout à fait d'accord
je suis en pétard contre L'Epoux qui n'en a pas conscience et se grille en clopant comme un malade, en vivant comme un ado

alice 06/02/2014 16:44

Ho la la oui j'imagine comme ça doit l'angoisser...
c'est terrible mais je me suis mis dans la tête que je serai veuve tôt :/ je sais tellement que ce que nous avons/vivons est précieux et L'Epoux est un ex enfant si gâté ...
(ton post tombe à pic dans une situation de crise)

Maman@home, blog de maman 06/02/2014 16:25

Je crois qu'avec ce qui nous est arrivé chéri-chéri a bien pris conscience du risque de la clope et stresse de ne pas réussir à arrêter il se tape des angoisses qui lui font cogner le palpitant... on ne peut pas dire à mon fils que la cigarette a tué son papa, qu'il ne devra jamais fumer et lui montrer que son beau père fume toujours...

Virginie 06/02/2014 15:09

Que ce billet est vrai ! Que ce billet souligne bien nos comportements d'enfants gâtés qui ne se rendent pas comptent du bonheur que nous avons à portée de main.
J'ai écrit un billet similaire, ce dimanche, car un membre de ma famille est emprisonné (à tort) dans un pays étranger sans même pouvoir se défendre pour l'instant. Toute leur famille vit un drame. Ils ont basculé dans l'enfer alors qu'ils avaient tout.
Mon petit truc à moi : c'est de faire plaisir à ceux que j'aime (par un mot, une action, un petit message) au moins une fois par jour.
On leur doit bien ça !
Bizz

Gwenk 06/02/2014 12:51

Eh oui j'ai quelques personnes dans mon entourage qui se plaignent constamment des petites contrariétés qu'ils ont, sans se rendre compte qu'ils ont beaucoup de chance. Il faut savoir profiter, garder le sourire quoi qu'il arrive, et parfois se poser un moment et regarder ce qu'on a. Personne ne comprenait comment j'arrivais à faire face quand Evan a passé de durs moments à l'hospital. Mais moi je voyais tous les jours dans les couloirs et les chambres d'à côté, des enfants en pire état et parfois qui étaient là depuis des années, et ça m'a aidé à positiver, à relativiser sur ce qui se passait dans ma vie. Aujourd'hui j'ai un homme qui m'aime et qui fait de son mieux pour me rendre heureuse, deux enfants adorables et pleins de gens autour de moi qui m'aiment et que j'aime. Alors comme tu dis carpe diem!

Angelina Sakura 06/02/2014 09:36

C'est un bien joli billet, plein de vérité. Merci plein de bisous