TDAH : les 6 premiers mois du CM1

Publié le par Maman@home, blog de maman à la maison

 

Photo2470.jpg

 

Nous avions terminé sur une note très positive en juin dernier, la maîtresse de Petit Chou m'avait remonté de très bonnes observations et était surprise de voir à quel point il avait pu se poser, plus de problème de bougeotte et de prise de parole intempestive. Mon fils était deveni un enfant tranquille, bien dans ses baskets. Je n'utilise pas le mot "calme" parce que mon fils n'est pas calme et ce ne sont pas les médicaments qui vont changer cela et c'est TANT MIEUX d'ailleurs.

 

Nous avions donc abordé la rentrée sereinement, lui comme nous et en effet nous n'avons pas été convoqués par son maître, cela faisait bien longtemps qu'une rentrée des classe ne s'était pas déroulée de cette façon : que du bonheur ! Petit Chou était heureux et nous avec. J'ai souhaité rencontré son instituteur avant de reprendre ma vie active sachant que par la suite ce serait plus compliqué, histoire de savoir à qui mon fils avait affaire et pour avoir son ressenti également. Il a été dithyrambique c'était hallucinant "si tous mes élèves étaient comme votre fils...", "il a des facilités mais est aussi très intéressé et intéressant"... bref que des choses agréables à entendre.

 

Les semaines se sont déroulées tranquillement jusqu'au mois de Novembre où j'ai senti à nouveau de l'inquiétude chez mon petit bonhomme et à nouveau des sursauts d'excitation, il recommencait à se faire reprendre en classe d'après lui et je voyais bien que les devoirs étaient à nouveau un souci pour lui : trop d'agitation donc manque de concentration.

 

Il nous a fallu en parler avec la neurologue qui n'a pas été surprise puisqu'elle nous avait annoncé lors de notre RDV annuel que la prescription lui semblait légère, un grammage en dessous de son poids, ce médicament est en effet dosé en fonction du poids de l'enfant, étant sous dosé le médicament ne faisait plus son travail correctement. Après discussion avec Petit Chou nous avons convenu d'un nouveau traitement plus adapté et dès le second jour les résultats étaient là c'était à nouveau mon fils tranquille et confiant.

 

J'avoue qu'après presque 1 an de traitement je suis heureuse de le voir ainsi, d'avoir retrouvé mon fils et notre relation si privilégiée mais je suis toujours un peu gênée par ce côté chimique même si je suis convaincue des bienfaits. C'est assez étrange de se dire que sans cela il est un autre, pas complètement un autre certes mais un autre quelque part tout de même. Parfois je me demande quel est le vrai Petit Choux... est ce celui à qui il manque cette molécule qui fait qu'il est bien et heureux ou celui qui bouge sans cesse nerveusement ?

 

Et que se passera t-il plus tard ? Combien de temps lui faudra t il prendre ces médicaments ? Autant de questions qui restent sans réponses mais qui ne me hantent pas pour autant, elles ne font que passer, parfois de ci de là ...

 

Photo2470

 

 

 

 

En lire davantage sur le sujet :

- Un p'tit rendez-vous

- Un rendez vous difficile

- Le diagnostic est tombé

- Un lien étroit avec l'enseignant

- L'hyperactivité : l'émission

- Faisons le point ... TDAH

- Bilan TDAH : année scolaire 2010-2011

 

Publié dans Débats

Commenter cet article

crisprolls 05/03/2012


pas evidemment pour une maman de gérer ces questions! mais force est de constater que vous avez trouvé un équilibre et que de voir son enfant heureux apaisé est encourageant! c'st sympa de donner
des nouvelles si ca peut aider d'autres familles


Sinon un mardi douceur est programmé chez moi dès demain


biz

Angélita 06/03/2012


Elle prend de la sertraline depuis  mois et c'est pour soigner des TOCS

Fraisette 06/03/2012


C clair que je me poserai les meme questions que toi concernant son traitement... ca me fait peur les médicaments si tôt.

Angélita 07/03/2012


Comme tout médicament actif il peut y en avoir au début.

Fanny 07/03/2012


EN dehors de l'effet sur sa "personnalité", dis-toi aussi que tu l'aides à se construire un avenir en pouvant se concentrer au niveau scolaire, apport qu'il ne pourrait pas avoir sans la prise de
ce médicament.