J'ai envie de voir papa...

Publié le par Maman@home, blog de maman

J'ai envie de voir papa...

Cela fait un peu plus de 4 mois que mon fils a perdu son papa. Quatre mois c'est peu mais c'est très long à la fois, trop court pour que les cicatrices se soient estompées et bien trop long en ce qui concerne le manque de l'autre. Il y a quelques jours Petit Chou m'a dit "maman j'en ai marre, j'ai envie de voir papa, c'est trop long!" Une phrase qui m'a simplement retournée. Il a dit ça comme si c'était possible, encore, de le voir un jour. C'est d'ailleurs souvent qu'il me dit "j'ai envie qu'il revienne", comme si nous avions le choix...

Je ne sais pas comment ça se passe réellement dans sa tête d'enfant de 11 ans, il a compris, depuis le début il sait que c'étai terminé, que sa vie ne sera plus jamais la même, mais parfois certaines réflexions me font penser qu'il n'a pas saisi tout le sens de ce qu'est la mort. Il ne se projette pas dans l'avenir, c'est d'ailleurs sûrement ce qui sauve un enfant, ce serait encore plus atroce dans le cas contraire, du coup il vit les choses au jour le jour et là il se rend compte que ça dure.

L'absence de son papa s'installe, au début on est submergé par le chagrin, on est un peu à côté de ses pompes comme assomé et on avance tant bien que mal, la vie continue et c'est là aussi ce qui nous permet de garder la tête hors de l'eau, les habitudes, les repères, les valeurs qui sont toujours les mêmes, tout cela est rassurant. Mais un jour on se réveille et je crois que c'est ce qu'il est entrain de vivre...

Un réveil brutal et tragique, le réveil d'un orphelin de père, à 11 ans seulement, une cicatrice à vie, un gouffre béant dans sa vie qu'il ne pourra jamais combler et moi non plus malheureusement. Un réveil qu'il va vivre régulièrement jusqu'à ce qu'un jour le souvenir et le manque soientt moins douloureux, un peu, peut être ...

 

 

Publié dans Nos bambins

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Romain 28/05/2014 10:19

J'ai perdu mon père à 13 ans! Quand on est un garçon, c'est dur parce qu'on perd un modèle. Soyons honnête, un garçon s'identifie à l'homme le plus proche de lui. C'est dur de vivre toutes ces premières fois et se dire "j'aurais voulu qu'il soit là". Mon mariage, la naissance de mon fils, mon premier boulot, mon permis de conduire. Il aurait dû m'apprendre à bricoler, à contenir mes colères contre ma mère lorsque j'étais ado. Ma mère m'a donné beaucoup d'amour mais je t'avoue que chaque fois que je rentrais de l'école, j'avais peur qu'il lui arrive la même chose. La fête des pères, c'était juste horrible. Mais j'ai eu un beau-père qui a été extraordinaire, qui s'est substitué à mon père biologique comme s'il était investi d'une mission. Parfois, j'étais persuadé que mon perd lui parlait parce qu'il me disait et m'enseignait des choses que mon père m'aurait dite. Quand ils ont eu un enfant à leur tour, je ne l'ai pas considéré comme un demi-frère mais un frère à part entière parce qu'on était liés par le sang et donc j'étais lié à cet autre papa. Je l'appelle papa et le présente comme mon père. J'ai appris ça lors d'un voyage en Afrique qu'on pouvait appelé "papa" un homme qui vous a élevé. Vous avez l'air d'avoir un certain équilibre dans cette famille. C'est dur et toute sa vie, il lui manquera. Je suis athée mais j'aime croire au fait que mon père m'attend quelque part qui ressemble à ce qu'ils appellent le paradis. Ca me rassure de me dire qu'il est bien là où il est et qu'il veille sur nous. Mon fils est son portrait craché que ce soit physiquement ou dans le comportement... N'arrête pas de lui raconter des anecdotes sur son père, des sorties, quand il était bébé, des grands moments

Maman@home, blog de maman 28/05/2014 20:31

Je dois dire que ton témoignage m'a mis les poils comme on dit chez moi Romain, ça fait du bien de lire un homme et d'avoir ton ressenti. Je suis assez étonné que tu aies pu appeler papa ton beau père, j'ai l'impression qu'après un certain âge ce n'est plus possible en fait mais peut être que ça se passera comme ça aussi, il le connaît depuis qu'il à 3 ans et demi, il a d'ailleurs des souvenirs de nous 3 mais pas de son papa, lui et moi ...Il est arrivé combien de temps après ton beau-père?

Charlotte 20/05/2014 12:15

Courage à vous<3 Et quelle force tu as de partager ce moment fort, crucial (et durable, malheureusement) de votre existence. C'est un apprentissage pour tous.

Léa 08/05/2014 22:54

Je viens de lire votre post très troublant, bon courage dans cette épreuve et surtout dans l'accompagnement de votre fils.
Il est vrai qu'on ne sait jamais ce que comprend vraiment un enfant lors d'un décès. Le caractère irréversible de cet évènement est tellement difficile à percevoir et à accepter, et pas que pour les enfants.

Maman@home, blog de maman 09/05/2014 08:19

Je confirme, "pas que pour les enfants" même en tant qu'adulte de 42 ans c'est très difficile et pourtant on est à même de comprendre mais accepter est un autre problème...

Licia 30/04/2014 18:23

Je suis désolée pour cette perte.
En effet un enfant ne voit pas la mort comme nous les adultes, il sait, il comprend mais surtout il croit en cet après ou un jour il reverra son papa. Mais comme tu dis il va finir par moins en souffrir et se construire malgré cette blessure.
Bon courage

Maman@home, blog de maman 09/05/2014 08:20

C'est terrible en fait de se dire ça, ça me semble encore plus difficile du coup

sara 30/04/2014 15:51

vos mots sont vraiment touchants... c'est dur pour lui ... et malheuresement on apprend à vivre avec cette blessure qui ne guerrit jamais j'ai perdu ma mère au même âge ( elle avait tt juste 28 ans) quelque annees après je perdait mon papa et aujourd'hui à 38 ans et maman moi-même cette douleur est tjrs présente... ce manque est tt simplement impossible à combler
j'espère que votre petit pourra dépasser cette épreuve avec votre aide/) je l'embrasse et vous aussi
BON COURAGE

Maman@home, blog de maman 09/05/2014 08:21

Et quelle maman on est sans avoir sa maman à ses côtés et en l'ayant perdu si jeune... enfin si la question ne vous dérange pas bien sûr.