J'ai perdu de vue l'essentiel

Publié le par Maman@home, blog de maman

page0-l0027essentiel_pour_progesser_fotolia_26305613_xs.jpg  

Il n'aura échappé à personne que le nouveau poste que j'occupe depuis maintenant 6 mois ne me plaît pas. Rien de vraiment horrible ou insupportable si ce n'est le fait que je n'arrive pas à  me trouver dans cette fonction et le secteur d'activité ne me séduit pas une seconde. Je ne m'y intéresse pas, moi qui ai eu l'habitude d'enregistrer de nombreuses informations dans mon métier de Chef de Publicité, ayant eu différents types de clients à gérer, là rien ne rentre... ou si peu. Je pensais pouvoir revêtir un autre costume, je m'étais dit que là bas ce ne serait pas vraiment moi mais que je ferais "comme si". C'est impossible.

 

C'est un peu comme si je chaussais du 40 et que je voulais absolument rentrer dans un 37 : douloureux. Très douloureux et bancal je dirais même. Je me perds petit à petit. Le fait d'avoir des responsabilités, d'être plutôt bien payée, de courir dans tous les sens, d'avoir plusieurs casquettes, d'évoluer dans un monde d'hommes et même l'adrénaline apportée par un nouveau défi m'avaientt convaincue de l'intérêt d'accepter un tel poste. Une fois en place cela m'a nourrie un temps, même si je n'ai jamais réelelment aimé ce que je faisais, j'arrivais à trouver de ci de là un petit intérêt, le revenu sympa aidant à la motivation évidemment.

 

Mais cela a fini par me pourrir la tête et me stresser. J'ai perdu de vue l'essentiel, MON essentiel c'est à dire ma vie de famille et mon bien être. Je me sens étouffer. Je sais que cela peut paraître très étrange de lire ces quelques lignes car finalement personne ne me fait de mal,  je ne suis pas victime de harcèlement moral, je ne vais pas à la mine non plus, mais quand je me rends à mon travail je ressens comme un vide en moi. C'est assez étrange comme ressenti d'ailleurs, mon ventre se creuse, il me brûle comme s'il y avait une plaie et j'ai envie de pleurer.

 

Les premiers temps j'ai mis ça sur le compte de l'appréhension mais cela s'est installé et c'est à chaque fois la même chose, j'y vais à reculons, j'ai mal et ma gorge se sert. Le lundi matin étant le pire moment évidemment puisque je quitte les miens après deux jours d'osmose, même si tout n'est pas toujours rose et que les enfants peuvent être très pénibles. Toujours est il que j'ai tenu, je me suis accrochée, on se rassure comme on peut, on essaye de relativiser on se raccroche à certaines petites choses et on tâche de retrouver une motivation "le boss est sympa quand même", "le quartier est top, je suis proche de tout, je peux même faire du shopping si je veux", "si j'arrive à me faire ma place je peux évoluer et toucher une coquette somme chaque mois"...

 

Puis il y a eu crise, mon dos m'a lâchée et très vite j'ai été confrontée à mon état, le stress avait eu raison de moi, je me suis laissée entrainer dans un tourbillon bien trop violent pour moi. J'en ai eu plein le dos, tout simplement. Mon corps a dit STOP.

 

J'ai perdu de vue l'essentiel et ça c'est douloureux. Mon objectif aujourd'hui est de le retrouver et vite !

 

Publié dans Billets d'humeur

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Océane 11/02/2013 23:18


Déjà tu fais un constat lucide et c'est courageux. le reste suivra, il faudra bien que tu trouves les solutions pouir arriver à recroiser ton essentiel :)

Zohra 11/02/2013 20:57


Et ce compromis avec un temps partiel, tu ne penses pas que ça pourrait te permettre de prendre du recul sur ton travail ? ou en tout cas avoir une "vue d'ensemble" sur ta vie plus équilibrée.
C'est un peu ce que j'ai trouvé dans mon 80% et ça fait un bien fou chaque mercredi (même si tout avantage a son pendant : frein dans l'évolution, stress parce que les autres ne cessent pas de
bosser ce jour-là, kids bien "en forme" parfois, etc).

arwen 11/02/2013 17:45


je ne sais que te dire : mon job n'est pas forcément celui dont je rêvais mais je fais avec...Mais je n'ai pas ton âge ....Et puis, à partir du moment où ça se répercute sur ta santé.....A vrai
dire, je suis totalement d'accord pour choisir la qualité de vie plutôt qu'une vie professionnelle qui te bouffe!

cleopat 11/02/2013 16:23


eh oui! ce que ta tête refuse d'écouter, ton corps le lui rappelle !


lui sait dire non! et de façon radicale !! :(

nell 11/02/2013 15:42


Courage...en espérant que tu retrouves vite ton essentiel.